L'AVENTURE DES LANGUES EN OCCIDENT

Publié le par Eric Balay


écrit par Henriette Walter (Ed. Robert Laffont)

 

Saviez-vous que le mot anglais rugby vient de la langue des vikings ? Etes vous curieux de découvrir la centaine de noms italiens qui désignent les pâtes ? Voulez-vous comprendre pour quelle raison, due à leur langue, les Allemands ne se coupent jamais la parole ? Vous plairait-il de faire une pittoresque incursion dans tous les mots venus de l’Arabe ? …

 

L’auteur nous convie à un véritable voyage dans le temps et l'espace commencé avec la rencontre, il y a sept mille ans, des habitants de la «  vieille Europe » et de populations venues de la mer Noire, porteuses de ces langues Indo-européennes" d'où sont nées, à l'étrange exception du basque, toutes les

langues de l’ouest de L’Europe.  Voici donc , dans son étonnate pluralité, le panorama fertile de cette centaine de langues parlées dans l'actuelle Europe.

 

Qu'elles soient officielles et de grande diffusion; qu'elles soient dites régionales, comme le gascon, le galicien, le frioulan, le sarde; ou encore officielles et méconnues, comme le luxembourgeois, le danois, le néerlandais, l'irlandais - ces langues sont pleines de richesse et de surprises.

 

Avec un peu de grammaire, des tableaux et des cartes d'une grande clarté, beaucoup de bonne humeur, avec des récréations (pour jouer par exemple à fabriquer des mots savants à partir d'une poignée de racines grecques ou à trouver sur une carte des noms hérités du gaulois), ce livre dit l'origine, l'histoire, la géographie de ces langues qui vivent et meurent, et qui sont le cœur battant de notre civilisation.

 

Préambule :

Partis du fin fond de la mer Noire il y a plus de 7 000 ans, des envahisseurs à cheval ont traversé, au cours de plusieurs millénaires tout le continent européen, des steppes à l'océan. Ils étaient porteurs de langues qui se sont diversifiées au contact des populations rencontrées sur leur passage, si bien qu'en cette fin du XXème siècle le paysage linguistique de l'Occident présente une diversité que les frontières politiques ne permettent pas d'entrevoir. La plupart de ces langues appartiennent à la famille indo-européenne, qui s'est propagée vers l'ouest. Elle ira même plus tard jusqu'à traverser l'Atlantique, faisant ainsi de l'espagnol, du portugais, de l'anglais et du français les langues dominantes des Amériques.

 

I - Les origines lointaines :

L'indo-européen des linguistes est donc une langue qu'ils ont reconstruite théoriquement à partir de la comparaison de langues réellement attestées. Ils ont en effet constaté qu'il existait des ressemblances frappantes, nombreuses et ne pouvant pas être dues au hasard, entre différentes langues : par-exemple, la "mère, c'était mater en latin, mothar en gothique (langue germanique la plus anciennement attestée), mathir en vieil irlandais (langue celtique), matar dans la langue ancienne de l'Inde.

 

 

 

Après avoir étudié un grand nombre de correspondances de ce type, aussi bien dans le domaine des sons que dans celui de la grammaire et du lexique, ils ont abouti à la conclusion que des langues comme l'italien, l'allemand, l'irlandais ou le hindi pouvaient être issues d'un même ancêtre commun, qu'ils ont désigné comme l'indo-européen.

L'âge des découvertes archéologiques est obtenu par la méthode mise au point par l'Américain Willard Frank Libby en 1949, qui a permis aux archéologues de commencer à donner des datations réelles, et non plus relatives, aux produits de leurs fouilles. Pour connaître la technique, veuillez vous reporter à la page 22 de cet ouvrage.



Publié dans mondesadecouvrir

Commenter cet article