Résumé des cours de français de la saison 92/93 de Madame BIOLET

Publié le par Eric Balay

- Etude des métaphores dans le texte Au bonheur des dames d'Emile ZOLA et des champs lexicaux (ensemble de mots qui concerne un domaine donné) : - Magasin ; chaises, fauteuil, cartons, becs de gaz, casiers, comptoirs, tissus, vendeurs, galeries... - Guerre : champ de bataille, secousses suprêmes, massacre, débâcle, débandade, barricade... - Eléments naturels : flamboiement, ouragan, neige, banquises... - La capacité de transformer l'objet inanimé en animé est une qualité propre au style épique.

-SCHEMA DE LA COMMUNICATION – (d’après les théories de Jakobson)
                            - Réfèrent (Info à véhiculer)
Emetteur            - message - contact                            - Destinataire
                            - Code
 

TABLEAU DES FONCTIONS D'EXPRESSIONS LITTERAIRES -

Fonction référentielle : Journal officiel, rapport de séance, procès verbal, compte rendu de lecture, résumé, contraction de texte...

Fonction expressive : critique littéraire, journal intime, autobiographies, mémoire, lettres, poésie lyrique, explication de texte... Fonction conative (volonté d'étonner l'interlocuteur) : publicités, textes politiques, pamphlets, requêtes, lettres...

Fonction phatique (volonté de susciter un contact avec l'interlocuteur) : textes de Ionesco...

Fonction métalinguistique texte avec définition qui englobe cette chose et sans que le terme de comparaison soit prononcé : dictionnaire, définition des mots croisés, commentaires de texte, analyses de texte, textes didactiques...

Fonction poétique : poésies, certains slogans publicitaires ou politiques... La technique de commencer une histoire implique de faire un bon incipit (début de roman), en voici un échantillon d'exemples ; "Le 15 septembre 1840, vers six heures du matin, la Ville-de-Montereau, près de partir, fumait à gros tourbillons devant le quai St-Bernard." (incipît du roman l'Education Sentimentale écrit par Gustave Flaubert) "Un jeune homme de dix-huit ans, à longs cheveux et qui tenait un album sous son bras, restait auprès du gouvernail, immobile." (incipit du roman Une aimable occupation écrit par Dirk Bogarde) "En octobre 1827, à l'aube, un jeune homme âgé d'environ seize ans et dont la mise annonçait la phrasologie moderne appelle si insolemment un prolétaire, s'arrêta sur une petite place qui se trouve dans le bas Provins, (incipit inconnu) "// y avait une petite lois, pendant la canicule, un type qui était assis devant une fenêtre ouverte : c'était un garçon démesuré, un peu voûté, et il s'appelait Adam : Adam Polio. Il avait l'air d'un mendiant " (incipit du roman Le procès verbal écrit parLeClézio, 1963). Dans le dialogue, il faut distinguer la part de narration de celle du style indirect libre, voici des exemples concrets de style indirect libre relevés dans l'extrait Education sentimentale (Illéme partie, chapitre IV) écrit par Flaubert, "A cette pécore-là, qui était jalouse, intéressée, hypocrite" et "Personne d'une fausseté aussi profonde, impitoyable d'ailleurs, dure comme un caillou." Après avoir étudié le style indirect libre, il nous faut voir la narration à travers le même extrait : "Mme Dambreuse était au coin de la cheminée, debout. Sans lui supposer de violents regrets, il la croyait un peu triste; et, d'une voix dolente "; "Comme elle se retournait, elle aperçut la robe, l'examina"; "Alors elle expliqua ses affaires"; "Frédéric ouvrit de grands yeux" ; "A cette question, Mme Dambreuse le considéra; puis d'un ton sec" ; "Puis une pudeur le prit et, pour faire au défunt une sorte de réparation, il s'offrit à le veiller lui-même. Mais comme il avait honte de ce pieux sentiment, il ajouta d'un ton dégagé. - Etude des métaphores dans l'extrait de texte Les voyageurs de l'Impériale d'Aragon et des énumérations : - "boursouflées"; "bourgeonnantes"; "champignonnière"; "bouffée de musiques"; "piaulements canaques"; "monstrueux pattes écartées"; "trouant le ciel"; "corbeilles"; "chapeau de verre"; "bleu ébloui"; "lumière déchirée". - "baraques barrant les quais"; "en bois, en plâtre, en stuc, en métal, en carton, en plâtras, baroques, burlesques, à balcons, à loggias, à balustrades, colonnettes, flèches, pignons, belvédères"; "pavillons de fer, de verre, de briques et de céramiques"; "à la foule, aux restaurants, aux bicoques, à la bouffée de musiques berbères et de piaulements canaques". - Etude des métaphores dans l'extrait de texte Notre Dame de Paris de Victor Hugo : "cercle magique"; "verrue (à la face de Paris); "égout = ruisseau de vices"; "ruche = butin"; "hôpital = plaies"; "mensonge" - Excercice de comparaisons et de différenciations sur les poèmes écrits par le Comte Paul de Rességuier intitulé " La vie" (1852) et celui de Philippe Jacottet (1950) : - Au niveau des ressemblances, nous pouvons en relever trois : même composition (2 quatrains et 2 tercets = 2 sonnets). Nous sommes du côté de la versification personnelle. - Au niveau des différences, nous devons les répertorier en deux registres différents : a) le premier texte est plus serein. La mort chrétienne apparaît dans l'ordre des choses. La vie est comparée à une journée et la mort a une sorte d'apothéose après cycle terrestre. Celle-ci apparaît comme consolatrice. Le sonnet est régulier et les riches sont riches. Le rythme du verre accentué par la rime riche, la ponctuation, la coupure à l'hémistiche et la césure impriment un rythme calme et des vers très balancés. L'auteur ne présente que des vérités générales. Il adopte un mode extrêmement impersonnel ce qui rend le texte philosophique. b) le second texte a un ton plus inquiet et plus menaçant. La mort apparaît comme une fatalité, inéluctable et sournoise. Il adopte le procédé d'ironie. Le sonnet n'est pas régulier (cf. rimes tercets) et les rimes sont pauvres. Le poète a une tendance à minimiser les coupures entre les vers (cf. suppression des majuscules en début de vers). Il n'y a pas de coupure à l'hémistiche. L'auteur a adopté la fonction conative. Il y a une nudité (...) du texte, car il y a personnification de la mort, ce qui le rend abstrait. Tout au long du texte on ressent une progression concrétisée par la mise en valeur du présent dans le dernier vers.

Publié dans Français

Commenter cet article